L'enseignement de Médecine de Catastrophe associe depuis le début les trois universités francophones (UCL, ULg et ULB) et  est organisé chaque année . Il est destiné à familiariser les participants aux particularités de fonctionnement des 5 disciplines appelées à coordonner leur action lors d’urgences collectives, en particulier les accidents de grande ampleur.
Le public cible est constitué de médecins et d'infirmier(e)s fonctionnant dans des services d'urgence, des officiers et sous-officiers des services d'incendie, d'Aide Médicale Urgente, du service médical de l'armée, de la Protection Civile ainsi que des cadres de la Police (communale et fédérale), des responsables de la planification d'urgence (communaux, provinciaux, fédéraux), des membres de direction d'hôpitaux, des responsables de la Croix-Rouge, de sécurité d’entreprises, de centres d'aide aux victimes, ...
Depuis 1988, plus de 2.000 candidats y ont participé et ont réussi l’examen organisé en fin de session, parmi lesquels un millier d’infirmier(e)s, quelque 500 médecins urgentistes, et près de 500 intervenants non-médicaux, essentiellement officiers de police, de service d’incendie, de la protection civile et de l’armée, responsables de sécurité d’hôpitaux, d’entreprises Seveso, et autres, agents fédéraux (SPF Santé Publique et Intérieur), régionaux, provinciaux et communaux responsables de la Planification d'urgence (AR du 16/02/2006), ....
Une seule journée concerne les aspects médicaux particuliers des situations d'urgence collective, étant donné que pour les participants médicaux ( = médecins et infirmier(e)s ), les principes et les bases de la médecine d'urgence sont réputés connus. Le contenu exposé durant cette journée est cependant tout-à-fait accessible pour information aux non-médicaux, qui ne seront bien entendu pas contrôlés sur ces connaissances. Les six autres jours sont donc consacrés aux aspects fondamentaux d'organisation, de coordination et de connaissances interdisciplinaires, complétés de retours d'expérience et d'analyses de situations. L’enseignement est centré sur les accidents majeurs pouvant survenir dans les pays industrialisés, les aspects particuliers des interventions humanitaires ne sont abordés qu’à titre exemplatif.Les conférenciers sont tous des experts dans leur domaine, avec le plus souvent une grande expérience derrière eux. L’enseignement est particulièrement audio-visuel, avec des séquences video en temps réel particulièrement démonstratives.
Cet enseignement est reconnu par le SPF Intérieur parmi les diplômes et certificats pris en compte pour l’octroi d’une allocation aux agents des services d’incendie (AM du 15 mars 1995 – MB du 24 mars 1995).
Il est également reconnu par le SPF Emploi et du Travail pour bénéficier des titres de congés-éducation payés, en particulier pour ce qui concerne le personnel hospitalier. D’autre part, sans que ce ne soit une règle générale, bon nombre d'institutions accordent congé (scientifique ou de formation) à leurs agents et/ou interviennent dans les frais d’inscription. Les exposés étant de niveau universitaire, le pré-requis est un diplôme d'enseignement supérieur. Une dispense peut être accordée pour autant que le candidat fonctionne régulièrement dans un service concerné et soit présenté par son chef de service.